Micro-histoire des entités bi-confessionnelles

Gerichtlicher_ZweikampfUn billet de Thomas Duval, doctorant de Saisir l’Europe

« Discipline » et micro-histoire des entités bi-confessionnelles de l’Empire germanique : l’émergence d’un vivre-ensemble normalisé.

De nombreuses études micro-historiques se proposent d’approfondir, en certaines localités rurales ou urbaines du Saint-Empire Germanique, les conditions selon lesquelles des groupes, que nous nommerions a priori « confessionnels », cohabitent et négocient leurs droits.
On comprend par « négociation » un usage extensif de plusieurs types de violences dont les objets et les motifs varient infiniment.
Il est fréquent de voir juxtaposés, dans cette littérature, les concepts de Disziplinierung et de Konfessionalisierung.
Par Konfessionalisierung est souvent décrit – il s’agit là d’un parti pris de plus en plus remis en question – un processus de stabilisation des modalités de négociation de la cohabitation confessionnelle, mais encore l’établissement des dites modalités, ainsi que, de manière moins explicite, un recours de plus en plus restreint à la violence physique, meurtrière.
D’après certains ouvrages, ce phénomène est conditionné par un autre phénomène, dit de Disziplinierung, dont une compréhension intuitive évoque déjà, concrètement, l’adoption progressive de solutions alternatives à une violence source de dégâts matériels.
Cette « discipline », dont on suppose qu’elle gagne, à l’époque moderne, selon des procédés très divers, des entités politiques confrontées au problème du voisinage des confessions, s’applique à des pratiques dont plusieurs auteurs soulignent qu’elles ont été délaissées par la recherche, pour des raisons évidentes d’identification des sources : l’usage des cloches, le chant, le juron, la consommation d’alcool, la danse, le tir du canon, sont autant d’éléments qu’il est complexe de réintégrer au cadre normatif d’un contexte géographique et politique donné.
Il est intéressant de constater que la volonté d’établir une emprise normative sur de tels objets n’est pas l’exclusive entreprise d’une élite cléricale soucieuse de brider des usages pouvant contribuer à l’affaissement des moeurs.
Selon certains analystes, encadrer ces pratiques, c’est au fond simplement encadrer ce qui mobilise les sens : On trouve dans une étude portant sur des violences ayant éclaté à Dresde en 1719 une remarque intéressante. Un ambassadeur prussien pratiquant le culte réformé fit, durant l’office – dans une chapelle privée réservée aux diplomates – selon ses accusateurs, « sonner l’orgue et chantait portes ouvertes ». Des vitres furent cassées et un saccage en règle eut lieu. Un contexte politique particulier peut certes expliquer le peu de sympathie entretenu par une partie de la population vis-à-vis d’ambassadeurs prussiens. L’exécution d’une « vengeance sociale » peut également constituer une description interprétative du pillage mené par un groupe d’individus plus démunis se livrant à la destruction d’appartements somptueux.
Mais ces « portes ouvertes », elles, en disent long sur le concept de « négociation ». La « négociation » est également une provocation, elle peut être, bien entendu, comme l’usage courant du terme l’entend, une discussion animée par un certain nombre d’acteurs présents simultanément dans une salle autour d’un problème donné, chacun des acteurs revêtant une fonction prédéterminée au sein d’une institution dont les décisions procèdent d’un cadre normatif compris par ses participants – ce qui signifie que ce cadre peut être bien entendu remis en question. Mais il est intéressant de constater que le cadre normatif des pratiques nommées plus avant, lui, est très mobile, et donne au concept de Disziplinierung une dimension nouvelle, dans la mesure où il est très difficile de contrôler, par exemple, l’usage d’un juron, d’un pas de danse, ou le volume sonore d’un orgue dans un voisinage donné.
Une série d’études propose enfin de dédouaner ce concept d’une production normative « par le haut ». L’exercice de ce contrôle entre autres « moral » n’est pas l’oeuvre exclusive d’un prince ou d’un jésuite. Il est également le fruit d’un contrôle mutuel et multilatéral. Par Disziplinierung, il faut donc également entendre l’émergence d’une pratique du contrôle social « démocratisée » de fait, dans la mesure où pour un prince ou un grand ecclésiastique, il est complexe d’établir un contrôle efficace sur un exercice aussi incontrôlable et infiniment répété que le juron dans l’ensemble des territoires sur lesquels il exerce une forme quelconque de pouvoir.
Ce qui semble se dégager d’un certain nombre de lectures qui interrogent simultanément ces concepts, c’est que le processus dit de Disziplinierung semble jouer un rôle dans l’établissement des règles de la cohabitation confessionnelle en intervenant sur des pratiques quotidiennes que l’on peut considérer, à travers bon nombre d’exemples, comme « moments » déterminants dans l’éclatement de violences à caractère physique.
Ulrich ROSSEAUX, Gerhard POPPE (dir.), Konfession und Konflikt. Religiöse Pluralisierung in Sachsen im 18. und 19. Jahrhundert, Münster, Aschendorff, 2012.
SPECHT, Gerhard, Johann VIII von Nassau-Siegen und die Katholische Restauration in der Grafschaft Siegen, Paderborn : Verein für Geschichte and Altertumskunde Westfalens ( Studien und Quellen zur Westfälischen Geschichte, 4), 1964.
SCHIERSNER, Dietmar, Politik, Konfession und Kommunikation. Studien zur Katholischen Konfessionalisierung der Markgrafschaft Burgau 1550-1650, Berlin : Akademie Verlag ( Colloquia Augustana, 19), 2005.
EHRENPREIS, Stefan, Lokale Konfessionskonflikte im Herzogtum Berg 1550-1700, Bochum : Winkler, 1993.
HOLZEM, Andreas, Religion und Lebensformen. Katholische Konfessionalisierung im
Sendgericht des Fürstentums Münster 1570-1800, Paderborn : Schöningh ( Forschungen zur
Regionalgeschichte, 33), 2000.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.