Conférence * Qu’est-ce qu’un corps vulnérable ? * 5 mai 2014

2704862_dae18379ae_bDans Ce qui fait une vie, Judith Butler définit les corps vulnérables comme des corps dépendants d’un environnement  instable et parfois violent à leur égard. Les corps vulnérables sont des corps qui existent mais dont on ne reconnaît pas la valeur et la dignité de l’existence en tant que telles. La vie précaire des corps vulnérables n’est pas protégée par le droit mais aussi par la société, et leur mort ne fait pas l’objet des pratiques de deuil commémorant l’importance de personnes qui ont vécu et qui ont compté pour d’autres. Dans un monde où le bio-pouvoir est à repenser de nouveau, à partir des politiques de normalisation et de contrôle omniprésentes aujourd’hui, les corps vulnérables peuvent être incarnés par certaines personnes sans ressources stables, en proie à différentes souffrances physiques et morales, victimes de discriminations diverses ou bien refusant de se soumettre aux normes religieuses ou séculières des pays dans lesquels elles vivent. L’objectif de ce colloque est de penser la vulnérabilité des corps à partir de plusieurs éclairages disciplinaires, de plusieurs langages épistémologiques, de plusieurs terrains mais aussi de plusieurs positions géographiques. Dans un monde marqué par un accroissement des discriminations de toutes sortes, ayant trait notamment aux façons de percevoir l’étranger ou de pathologiser certains modes de vie non conformes aux normes majoritaires,  penser la vulnérabilité des corps est un enjeu politique crucial. Après avoir effectué une première journée de colloque à l’Ecole de Gouvernance et d’Economie de Rabat, il était important de reposer cette question au sein de l’EHESS (Paris) et de penser la vulnérabilité des corps à partir de réflexions pluridisciplinaires, provenant des deux rives de la Méditerranée.
Qu’est-ce qu’un corps vulnérable ?
Lundi 5 mai 2014 – EHESS (amphithéâtre)
105 boulevard Raspail, Paris
14h-20h
Comité organisateur
Arnaud Alessandrin, sociologue, Université Bordeaux  3
Mariem Guellouz, sémiologue et linguiste, Paris Descartes.
Nathanäel Wadbled, Centre d’Études Féminines et d’Études de Genres de l’Université Paris VIII
Ludovic Mohamed Zahed, sociologue, EHESS
Jean Zaganiaris, politologue, CERAM/EGE Rabat, chercheur associé CURAPP/UPJV
Panel 1 – Fragilité et vulnérabilité des corps transidentitaires
Arnaud Alessandrin, chercheur associé Centre Emile Durkheim, Bordeaux 3 
« Corps vulnérable vs corps vulnérabilisé »
 
Karine Espineira, chercheure associée au LIRCES, Université Nice Sophia Antipolis
« Avec ou sans seins : le sein du corps dans une perspective transgenre et intersexe ».
 
Murielle Salle, Maîtresse de Conférences à l’Université Claude Bernard, Lyon 1 – IUFM de Lyon
« Hermaphrodites et invertis dans le discours médical à la Belle Epoque. Corps vulnérables ou corps coupables ? ».
Maude-Yeuse Thomas (Co-fondatrice de l’Observatoire des Transidentités, co-rédactrices des Cahiers de la transidentité, chercheure indépendante)
« La métamorphose de Franz Kafka, Pour une épistemologie philosophique des transidentités »
 
 
Panel 2 – Penser les genres et les sexualités à partir de la vulnérabilité des corps
Abir Kréfa, ingénieure de recherche en sociologie, ENS Lyon,
Vélover la ville et la nuit: vulnérabilité des corps et réappropriation au prisme du genre.
 
Jean Zaganiaris, enseignant chercheur CERAM/EGE Rabat,  chercheur associé CURAPP/UPJV
La vulnérabilité des corps homosexuels dans la littérature marocaine : regards sociologiques et philosophiques
Ludovic-Mohamed Zahed, anthropologie EHESS / coordinateur CALEM
Corporalité et religiosité islamique LGBT radicalement alternative
 
Panel 3- Déconstruire la vulnérabilité des corps
Manuela de Barros, théoricienne de l’art, Maître de Conférences à l’Université Paris 8
«  »Priape, dieu frigide au sexe dressé » – Le masculin comme corps obscène. « 
 
Jean Claude Polack, psychiatre et psychanalyste, directeur de la revue Chimères
Du corps Psychotique
Mariem Guellouz, sémiologue et linguiste, Paris Descartes
« De la vulnérabilité linguistique à la vulnérabilité corporelle: l’insulte en question »
Nathanael Wadbled,  Centre d’Études Féminines et d’Études de Genre de l’Université Paris VIII
« Se penser comme autonome ou vulnérable : l’immunologie comme théorie du corps et théorie du genre
Picto : NamensnennungKeine kommerzielle NutzungWeitergabe unter gleichen Bedingungen Bestimmte Rechte vorbehalten von Nicolas Hoizey (détail)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.