Projet « Violences urbaines »

gewaltLes actions militantes violentes, le terrorisme tout comme d’autres formes de violence individuelle ou collective font partie intégrante de la ville européenne depuis le début de l’urbanisation. Les espaces urbains qui sont associés (par certains médias ou politiques) aux phénomènes de violence sont qualifiés de « quartiers à problèmes », ou euphémisés en « quartiers sensibles ». Les citoyens les évitent, les médias s’en emparent, les chercheurs les dissèquent et les pouvoirs publics y expérimentent leurs mesures. D’autres espaces urbains ne sont que temporairement habités par la violence (réelle ou fantasmée), comme c’est le cas de certaines villes ou rues dans le contexte d’évènements protestataires ou de certains lieux publics en période de vagues terroristes. Dans l’un et l’autre contexte, on assiste à la constitution rhétorique d’« espaces de violences urbaines » entendus dans leur acception physique, sociale ou discursive. Si dans le premier cas la violence est associée à un espace donné sur la durée, dans le deuxième elle est dépendante d’éléments « glurbains » (globaux et locaux en milieu urbain). Cet axe de travail se penche sur les interactions et les chevauchements qui caractérisent ces formes de violence urbaine en Europe.

L’axe « Violences urbaines » est dirigé par Ariane Jossin (IRICE, Paris) et Teresa Koloma Beck (Centre Marc Bloch, Berlin) et fait partie du réseau franco-allemand de recherche Saisir l’Europe. Celui-ci se propose de penser à nouveaux frais la question de l’Europe en engageant une réflexion sur ce qui a fait, fait aujourd’hui et fera demain société en Europe


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.