Table ronde : violence politique en Europe et dans le monde arabe

icono explosionColloque « un voisinage durable » organisé par le DAAD et le CIERA dans le cadre de la semaine franco-allemande de la science, 15-19 avril 2013

Dans le cadre des 50 ans du Traité d’Elysée, le DAAD Paris (Office allemand d’échanges universitaires) et le CIERA (Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne) ont contribué à la semaine franco-allemande de la science du 15 au 19 avril 2013 à Paris. 150 boursiers du DAAD et jeunes chercheurs du CIERA ont participé à des tables rondes et des ateliers franco-allemands. Cette rencontre a également été l’occasion de lancer officiellement le réseau Saisir l’Europe que nous co-animons, avec Teresa Koloma Beck. Le professeur Fathi Triki de l’Université de Tunis et titulaire de la chaire UNESCO de philosophie pour le monde arabe a ouvert la conférence. Le lendemain, le 19 avril, nous avons animé notre table ronde sur la « Violence politique en milieu urbain ».

 

Présentation de la table ronde (atelier 3) – Violences politiques dans l’espace urbain

Cette table ronde a repris la thématique transversale à l’axe de recherche “Violences urbaines”. Elle a porté sur les espaces associés de manière temporaire ou durable à un « potentiel » de violence. Cette projection espace-violence repose sur des faits passés et situés dans l’espace (émeutes, par exemple), des associations cognitives ou locatives (lien entre un mouvement politique et des modes d’action violents ; peur de certains lieux publics en période de vague terroriste) ou sur la stigmatisation d’espaces dans certains médias ou discours politiques (la couverture faite des « banlieues », notamment). L’atelier s’est concentré sur les phénomènes de violence politique au sens large. Il a rassemblé plusieurs chercheurs et militants pour discuter de la pertinence du lien à l’espace dans l’analyse de ces phénomènes de violence et plus précisément pour voir comment ces phénomènes de violence peuvent transformer des structures spatiales et sociales.

 

Barbara Karatsioli – qui a soutenu une thèse en anthropologie à l’EHESS sur la cohabitation entre Chypriotes grecs et turcs dans le contexte de la partition de Chypre depuis 1974 – nous a présenté son projet de recherche qu’elle mène à l’Institute for the Study of Conflict Transformation and Social Justice (ISCTSJ) à la Queen’s University Belfast sur le « droit à la ville et le droit à l’Etat ». Son exposé a porté sur une critique de l’accumulation du capital par la globalisation à partir des années 1980. Elle a  montré les liens qui existent entre globalisation économique et phénomènes de violence. Ses études de cas se sont centrées sur Occupy Wall Street à New York, ainsi que sur divers mouvements politiques à Nicosie, capitale divisée de Chypre.

 

Pénélope Larzillière – chargée de recherche à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et responsable de l’axe « migrations, circulations, parcours » au Ceped – est intervenue sur la question de l’Idéologie, de l’engagement et de la violence politique, à l’exemple des mouvements islamistes. Elle a rappelé en préliminaire la grande diversité des mouvements islamistes dont seuls une partie usent de la violence politique. L’objet de sa réflexion a notamment porté sur le basculement de certains de ces mouvements dans la violence dans le monde arabe. Pénélope Larzillière a montré qu’il est nécessaire de prendre en compte le contexte d’action des mouvements et s’est penchée sur ceux qui agissent dans des pays à régimes autoritaires. Elle a analysé les différentes stratégies adoptées par les organisations politiques en contexte d’absence ou de fort contrôle des arènes politiques classiques du militantisme (partis, élections etc.). Ses travaux montrent qu’une participation conflictuelle dans ces instances contrôlées peut entraîner une perte de légitimité pour les organisations et la défection de certains de leurs membres. Certains de ces membres peuvent alors se radicaliser et se tourner vers des organisations qui revendiquent la violence politique. Pénélope Larzillière a illustré son propos en faisant référence aux révoltes de 2011 et 2012 dans le monde arabe.

 

Christian Scholl – postodoctorant à l’Université de Louvain – a présenté les résultats de son ouvrage « Shutting Down the Streets. Political Violence and Social Control in the Global Era ». En prenant l’exemple des mouvements altermondialistes depuis la fin des années 1990, il a montré à la fois toute la diversité du répertoire d’actions des militants de cette mouvance et également le développement de mesures répressives de la part des forces de l’ordre. Il a eu recours à la notion foucaldienne de « biopolitique » pour illustrer sa démonstration.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.