Réseau * Sortir de la violence

sortir violencePlateforme Violence et sortie de la violence

Les sciences sociales après Charlie
La demande sociale et politique est devenue pressante pour penser les phénomènes de la violence et les moyens mis en œuvre afin de l’éviter ou en sortir.

En réponse à cet appel, la FMSH a conçu la PlateformeViolence et sortie de la violence, qui comprend actuellement  deux observatoires et un séminaire.

Le séminaire – Novembre 2015 – Mai 2016 | Maison Suger

Le séminaire bimensuel rendra compte des recherches développées au sein de la Plateforme Violence et sortie de la violence.
Michel Wieviorka ouvrira le séminaire le 5 novembre prochain (accessible surinscription uniquement).
Cette première séance sera l’occasion de présenter le séminaire et la Plateforme qui le porte.

Les Observatoires

L’objectif de la Plateforme est d’articuler et de mettre en regard deux moments différents de la violence :

> l’entrée dans le phénomène qui relève de l’Observatoire des radicalisations

> la fin ou la sortie, à différents niveaux, individuel et collectif, qui relève de l’Observatoire international de la sortie de la violence

 

 

 

Programme complet :

 

Séminaire 2015-2016

« Violence et sortie de la violence »

  • Jean-Pierre Dozon, directeur d’études EHESS, directeur scientifique FMSH
  • Farhad Khosrokhavar, directeur d’études EHESS, directeur du CADIS
  • Michel Wieviorka, directeur d’études EHESS, président de la FMSH
  • Yvon Le Bot, directeur de recherche émérite CNRS

 

  1. Les sciences humaines et sociales (SHS) ont de longue date fait de la violence un objet d’études, et de grands paradigmes (fonctionnalistes, marxistes, psychanalytiques, etc.) ont été ou sont encore utilisés pour l’appréhender. Par l’effet des médias et de l’attentat de Charlie Hebdo, la demande sociale et politique est devenue pressente pour s’interroger aussi bien sur le phénomène lui-même que sur les catégories servant à son analyse. Il s’agit donc d’aborder aussi bien les techniques et les savoir-faire de la violence que de réfléchir à sa nouveauté. Ainsi, l’islamisme radical et toutes les expériences qui y renvoient dans le monde, mais aussi les « mass shootings » et autres « school shootings » américains, ou encore le terrorisme d’extrême-droite européen, appellent-ils des approches renouvelées. Il faut ajouter à l’examen de ces passages à l’acte l’analyse des transformations des imaginaires des acteurs, façonnés – du moins partiellement – par l’usage des jeux vidéo, d’internet et des réseaux sociaux. La frontière entre fiction et réalité se brouille-t-elle, ne réactive-t-elle pas des mythes comme celui du serial killer, héros pour les uns, fous pour les autres ?

Des concepts comme ceux de subjectivation/dé-subjectivation ou de radicalisation/déradicalisation peuvent utilement éclairer ces phénomènes récents. Le projet scientifique de « penser global » tout en s’intéressant à l’individualisme et à la subjectivité des acteurs est-il adapté à ces enjeux ?

 

  1. Les SHS n’ont pas réellement fait de la sortie de la violence un objet aussi développé. La connaissance, ici, provient bien davantage des acteurs eux-mêmes, de responsables politiques, de membres ou dirigeants d’ONG humanitaires, de juristes, d’experts et de consultants, que de la recherche en SHS. Mais à tous les niveaux, nous sentons bien qu’il est urgent de penser cet enjeu, qu’il s’agisse des individus concernés, victimes, coupables, et parfois l’un et l’autre à la fois ; des communautés affectées par la violence dans leur intégrité culturelle, sociale, religieuse ; des pays et des Etats ; ou bien encore au niveau transnational ou supranational. Le moment est venu non seulement de mieux comprendre la violence contemporaine – et pas seulement de l’interrompre –, mais aussi d’introduire la réflexivité qu’offrent les sciences sociales dès qu’il s’agit de sortir de la violence.

 

  1. Trop souvent, l’univers de l’action et celui de la recherche s’ignorent, parfois se tiennent volontairement à distance l’un de l’autre, au mieux se croisent occasionnellement. En même temps, la recherche est sommée d’être « utile », et donc de répondre à des demandes ou des attentes publiques, alors même qu’elle a besoin de liberté et d’autonomie pour se développer.

Une réponse concrète à de telles questions consiste à mettre en place des articulations, permettant aux uns et aux autres, acteurs et analystes, de mieux se connaître, d’échanger, d’être disponibles éventuellement les uns pour les autres, de fonctionner en réseau sans que personne n’ait le sentiment de perdre sa spécificité.

 

  1. Ces questionnements sont au cœur des recherches internationales de la plateforme « Sortir de la violence ». Il s’agira d’articuler et de mettre en regard deux moments différents de la violence : ce qui, d’une part, constitue l’entrée dans la violence (radicalisation, armement, formation, entraînement, passage à l’acte, etc.), et de l’autre, ce qui pourrait être considéré comme la sortie de la violence, à ses différents niveaux, individuel et collectif.

 

 

Le séminaire rendra compte, entre autres, de recherches développées au sein de la FMSH dans le cadre de la plateforme et de ses deux observatoires en cours d’installation (« Observatoire des radicalisations », et « Observatoire international de la sortie de la violence »), ainsi  que dans celui du Collège d’Études mondiales.

Chaque séance comprendra une intervention d’environ 45 minutes (assurée par un voire deux scientifiques), suivie d’une discussion de la même durée, à la suite de quoi les participants pourront échanger de façon moins formelle autour d’un verre.

Le nombre de places étant limité, les demandes d’inscription doivent être adressées à la coordination scientifique :

Sabrina Melenotte : smelenotte@msh-paris.fr, tél. : 01.49.54.22.99.

Un workshop viendra en juin conclure cette première année du séminaire.

 

Calendrier prévisionnel

de 16h à 18h à la Maison Suger, 16 rue Suger 75 006 Paris

  • 5 novembre Ouverture Michel Wieviorka
  • 19 novembre Fahrad Khosrokhavar
  • 3 décembre Hosham Dawood
  • 17 décembre Yvon Le Bot
  • 7 janvier Michel Foucher
  • 21 janvier Sophie Wahnich
  • 4 février Stéphane Audoin-Rouzeau
  • 18 février Jean-Pierre Filiu
  • 3 mars Eduardo Pizarro
  • 24 mars Virginie Collombier
  • 7 avril Scott Straus
  • 21 avril Jean-Baptiste Jeangène Vilmer
  • 12 mai Richard Rechtman
  • 26 mai Sandrine Lefranc

Pour en savoir plus : http://www.fmsh.fr/fr/c/8036?utm_source=Lettre+d%27information+-+VF&utm_campaign=3b9f83ce30-Lettre_Fmsh_Octobre_201510_27_2015&utm_medium=email&utm_term=0_d87af009f7-3b9f83ce30-115600713


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.