Conf * Comparaison dense de la violence * Berlin 9-10 juin 2016

gewaltPour une « comparaison dense » de la violence ? Possibilités et limites d’une approche comparée des situations de violence

La question de la violence ne cesse de constituer un défi heuristique aux sciences sociales et humaines. Pourquoi et comment travailler sur la violence ? Avec quels outils théoriques ? Pour quels résultats en terme de connaissance des sociétés passées et présentes ?

 

En tant qu’objet de recherche pluridisciplinaire, la violence a fait l’objet ces dernières années d’un profond renouvellement théorique donnant lieu à la production de toute une série d’études consacrées aux divers phénomènes de la violence et saisies le plus souvent à l’échelle micro.

Sous l’impulsion du sociologue allemand Trutz von Trotha, le paradigme de la « description dense » (C. Geertz) a été mobilisé pour tenter de saisir au plus près les formes et les conditions de possibilités de la violence. Par la suite, d’autres chercheurs en sciences sociales, notamment des historiens allemands, ont élaboré des outils conceptuels comme l’espace de violence (Baberowski/Schnell), les segments de violence (Riekenberg) ou les marchés de violence (Elwert) qui partagent ce souci de penser les conditions et les pratiques de l’exercice de la violence dans des situations données. La comparaison notamment dans une perspective micro demeure cependant un angle mort des recherches sur la violence. Comment dès lors concilier études de cas limités dans le temps et dans l’espace et approche comparée ?

Dans le cadre d’un atelier interdisciplinaire et international de jeunes chercheurs dédié aux recherches sur la violence, le Centre Marc Bloch et la Chaire d’Histoire de l’Europe du Sud-Est de l’Université Humboldt de Berlin souhaitent réfléchir aux enjeux méthodologiques et aux possibilités empiriques d’une « thick comparison » (Niewöhner/Scheffer 2010) consacrée aux situations de violence.
Prenant appui sur les réflexions d’Erving Goffman et de Randall Collins, nous considérons que les situations de violence se caractérisent par des interactions en face-à-face entre les personnes en présence.

Nous souhaitons mettre l’accent sur deux enjeux fondamentaux qui constitueront les deux principaux fils directeurs du workshop:

  • D’une part, d’un point de vue méthodologique, il s’agit de réfléchir aux avantages et aux inconvénients du comparatisme pour les études sur la violence. Dans quelle mesure peut-on « comparer l’incomparable » (Detienne)?
  • D’autre part, du point de vue empirique, il s’agit de réfléchir à la manière dont les sciences sociales analysent les situations de violence produites dans des contextes historiques, culturels et spatiaux différents.

Pour répondre à ces enjeux, nous invitons de jeunes chercheurs à contribuer à cette réflexion interdisciplinaire sur la base d’études de cas simples ou comparées sur la violence physique.
Les contributions pourront ainsi relever d’une des problématiques suivantes :

  • Quel est l’apport de la méthode comparative pour notre connaissance de la violence ? Comment résoudre le défi entre d’une part les spécificités de la situation étudiée et d’autre part la possible montée en généralité ? Quelles sont les particularités liées à une approche disciplinaire spécifique?
  • Au vu des enjeux politiques actuels liés à la violence, quelles règles et quels interdits faut-il mettre en œuvre dans le travail de comparaison ? En quoi une comparaison peut-elle aider de manière exemplaire à traiter, à interroger et même à dépasser des récits nationalo-centrés?
  • Quel est l’intérêt de mobiliser des outils théoriques déjà existants et potentiellement mobilisables comme la notion d’espace de violence pour des études comparées?

Ce workshop s’adresse à des doctorant-e-s et jeunes chercheurs-chercheuses relevant de différentes disciplines – comme par exemple les sciences historiques,  la sociologie ou l’ethnologie – travaillant de façon comparative (ou non) dans leurs projets et généralement intéressés par les implications méthodologiques de leurs recherches.

Les langues de la manifestation sont l’allemand, le français et l’anglais. Une compréhension au moins passive de ces trois langues est nécessaire pour participer au workshop.
Ce workshop se veut être un espace de discussion. C’est pourquoi les participants retenus seront invités à envoyer environ un mois avant la manifestation leur texte d’une longueur comprise entre 8 et 10 pages. L’ensemble des textes seront ensuite envoyés à tous les participants et serviront de base à la discussion collective parallèlement aux courtes présentations orales.

Une proposition de 500 mots maximum ainsi qu’une courte biographie sont à envoyer sous forme électronique jusqu’au 15.2.2016 avec la titre « Thick Comparison » aux adresses suivantes:

janis.nalbadidacis@geschichte.hu-berlin.de

et

schmitten@cmb.hu-berlin.de

Le choix des propositions retenues sera communiqué au plus tard à la fin du mois de février 2016.

 

Organisation:

Janis Nalbadidacis (Chaire d’Histoire de l’Europe du Sud-Est, Université Humboldt, Berlin),
Katharina Schmitten (Centre Marc Bloch, Berlin)

Dates:

9-10 juin 2016

Lieu:

Centre Marc Bloch, Berlin

Permanente URL: http://www.saisirleurope.eu/node/5762


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *